Résilience
Temps de lecture : min.

Comment venir à bout de ses mauvaises habitudes

C’est en dehors de notre zone de confort que « la magie opère », entend-on dire partout. Alors pourquoi ne fonçons-nous pas tous tête baissée vers cet espace extérieur ? Parce que notre cerveau et notre ego aiment les habitudes et les routines bien huilées, nous répond Amélie Gartner, coach de vie et love coach. Mais cela ne veut pas dire qu’il est impossible d’adopter de nouvelles habitudes. Cet article fait le tour de la question et nous distille quelques conseils. 

Fermez les yeux et repassez en revue le début de votre journée. Quelle est la première chose que vous avez faite au réveil ? Avez-vous pris une douche ? Préparé du café ? Consulté les actualités sur votre smartphone ? Et dans quelle mesure ces actions différaient-elles de toutes les précédentes ? Il y a fort à parier que vous avez suivi à peu près le même rituel hier, ainsi qu’avant-hier. Et ce n’est pas seulement le cas pour les scénarios du matin 

Les routines installées

Tout au long de la journée, nos faits et gestes sont émaillés de routines. Ces routines installées apaisent notre cerveau. Elles soulagent nos mécanismes de pensée. Steve Jobs, fondateur d’Apple, était connu pour porter chaque jour la même tenue : un pull noir à col roulé et un jeans. But de l’opération ? Réduire sa « fatigue décisionnelle ». 

Steve Jobs et sa tenue vestimentaire illustrent à merveille le sujet abordé par le chercheur américain Charles Duhigg dans son best-seller new-yorkais « The Power of Habit ». Ce dernier explique comment le cerveau est capable de se mettre quasiment en veille lorsqu’on effectue une tâche routinière. Ce qui représente un grand avantage, car c’est une façon de garder de l’espace mental pour les choses plus importantes. Quelles idées révolutionnaires n’ont pas germées dans l’esprit de Steve Jobs alors qu’il enfilait son fameux jeans ? 

20 jours pour rimer avec toujours

Plusieurs études menées en Belgique et ailleurs ont révélé que pas moins de 50% de tout ce que nous faisons peut être considéré comme une habitude ou une routine. Nous accomplissons un nombre incalculable de gestes en mode « pilotage automatique », souvent même sans nous en rendre compte.  

Selon Amélie Gartner, c’est notre cerveau qui nous joue des tours. En effet, ce dernier affectionne particulièrement les routines, les répétitions, la sécurité et tout ce qui est connu. En limitant au minimum la prise de risques, nous nous trouvons en terrain connu, ce qui augmente par là notre espérance de vie. C’est cette sécurité qui rend la zone de confort si attrayante

Parallèlement, des études neuroscientifiques ont démontré que notre « comportement routinier » et notre « comportement décisionnel » étaient commandés par des parties différentes de notre cerveau. Si vous tenez donc à rompre avec une habitude, vous devez solliciter une autre partie de votre cerveau. Or, ce n’est pas toujours évident. La difficulté est d’autant plus importante à mesure que nous vieillissons, puisque nous accomplissons souvent les mêmes gestes habituels depuis plusieurs décennies.  

Le psychologue britannique Jeremy Dean a mené des recherches sur le comportement routinier, dont il a consigné les résultats dans le célèbre ouvrage « Making habits, breaking habits ». Dean a suivi 96 personnes qui tentaient de modifier leur comportement et a découvert qu’il fallait compter environ 20 jours pour transformer un nouveau geste en habitude. Du moins lorsqu’il s’agit d’un changement simple, comme l’acte de boire un verre d’eau chaque matin après le petit-déjeuner. Les résolutions plus difficiles – songeons aux défis sportifs – mettent beaucoup plus de temps à s’installer. S’habituer à courir une dizaine de minutes chaque jour, par exemple, prendrait jusqu’à 50 jours. 

Adopter une nouvelle routine en 6 étapes

En bref : les routines sont utiles dans bien des cas, mais peuvent aussi se révéler néfastes. Que faire lorsque les habitudes que nous connaissons ne nous servent plus ? Parce qu’elles sont ennuyeuses, monotones ou fatigantes ? Ou même carrément mauvaises pour la santé ? Ce n’est pas parce que fumer est devenu une habitude qu’elle est bénéfique pour autant. Ou qu’il est complètement irréaliste de mener une vie plus sportive parce qu’elle ne ferait pas partie intégrante de notre routine quotidienne. 

Vous êtes bien décidé(e) à vous aventurer dans cet espace où « la magie opère » ? Où vos nouvelles habitudes rendront votre vie plus agréable, plus saine, plus productive ? Alors voici les 6 premières étapes à franchir : 

1. Formalisez autant que possible votre nouvelle habitude
Ne dites donc pas « je veux faire plus de sport » mais « chaque matin après le petit-déjeuner, je vais courir 15 minutes. »
2. Choisissez une routine qui vous procurera une sensation agréable
Pensez aux activités qui ressourcent votre corps et votre esprit. Méditation, écriture, activité sportive, visualisation…
3. Décelez ce qui se cache derrière vos habitudes
Posez-vous la question : quel besoin cherchez-vous à combler à travers cette habitude ? Charles Duhigg, l’auteur de « The Power of Habit », explique dans son livre que sa propre habitude de grignoter des biscuits dans la cafétéria de son entreprise masquait en réalité son besoin de nouer des contacts sociaux. Il a donc misé davantage sur le déploiement de ces contacts sociaux et a fini par délaisser les biscuits.
4. Remplacez une vieille habitude par une nouvelle
Il est beaucoup plus difficile de mettre fin à une habitude que de la remplacer par une nouvelle. Déposez un fruit à l’endroit où vous rangiez précédemment vos cigarettes ou vos bonbons. Il sera ainsi directement à portée de main lorsque vous menacez de basculer dans votre ancienne habitude.
5. Mesurez vos changements
Gardez le suivi de vos progrès. Prenez des notes lorsque tout va bien, mais aussi lorsque vous retombez dans vos vieilles habitudes. Vous aurez ainsi une vision claire de votre processus de progression et des pièges à éviter.
6. Ne soyez pas trop sévère envers vous-même
Ne vous attendez ni à balayer ni à acquérir plusieurs habitudes d’un seul coup. En modifiant chaque jour seulement 1% de votre routine quotidienne et en vous y tenant toute une année durant, vous verrez votre mode de vie s’améliorer de façon exponentielle. Ne dit-on pas qu’un travail bien commencé est à moitié terminé ?
Aperçu
Des questions, remarques ou conseils concernant Le peps dans la peau ? N’hésitez pas à nous en faire part !
Contactformulier
En savoir plus sur l’activité physique, l’alimentation, les relations, la résilience et les temps libres ?
Nous avons de craquants conseils pour vous !

Inscrivez-vous à la newsletter et recevez encore plus d’informations 
pour avoir « Le Peps dans La Peau. »

Nieuwsbrief - popup